Notre programme

Depuis les dernières élections locales, plus d’haïtiennes que jamais jouent un rôle dans la gestion administrative et politique communale. Cela étant parce qu’en 2016, les autorités électorales ont appliqué de nouvelles dispositions légales exigeant que chaque groupe de candidats aux élections communales, composé de trois personnes (ou « cartel »), doit inclure au moins une femme. Depuis, 12 communes sont dirigées par des femmes, contre seulement trois auparavant. Ces mairesses sont perçues comme des modèles pour paver la voie à de futures générations d’élues. Elles font toutefois face à des défis importants pour remplir de leurs responsabilités d'élus en raison principalement d’un manque de moyens pour implémenter des projets de développement local.

Dans son budget annuel, le gouvernement haïtien alloue des fonds à l’intention des communes. Bien que légalement ces maires aient droit à ces fonds de développement, la grande majorité des 146 maires d’Haïti disent ne pas avoir reçus ces fonds à ce jour. Par conséquence, cela représente un obstacle de taille pour répondre aux besoins de citoyens au niveau local. Cette indisponibilité des fonds représente un défi politique encore plus grand pour les mairesses, qui, pour la majorité, en sont à leur première expérience d’élue. Elles sont donc généralement moins expérimentées politiquement, se buttent davantage à des préjugés et des résistances culturelles que leurs équivalents masculins. Cela crée donc un besoin supplémentaire de soutien pour qu’elles puissent pleinement jouer leur rôle au profit de leur communauté.

Dans ce contexte, le National Democratic Institute (NDI) en Haïti accorde un appui technique aux 12 femmes maires afin de les aider à mener des plaidoyers en lien avec l’urgence de voir réaliser certains projets de développement dans leur commune, à sensibiliser leur population sur les défis rencontrés depuis le début de leur mandat, à prioriser et à confirmer le soutien des citoyens envers leurs projets prioritaires et ainsi à accroître leur efficacité et leur visibilité en tant qu’élues engagées, réactives et compétentes.

À cette fin, le NDI a organisé des sessions de travail avec les 12 mairesses principales et leurs vice-maires afin de renforcer leurs connaissances et capacités à analyser le budget étatique, à connaître les sources de financement potentielles, à sensibiliser et consulter leur population, à rédiger des propositions de projets et à élaborer des stratégies de plaidoyer conséquent. NDI a aussi aidé les mairesses à mener des activités de consultations publiques, notamment des assemblées publiques, afin d'accroître le soutien communautaire pour les projets de développement communaux et leur visibilité en tant que leaders proactives. Le NDI tâchera aussi de mener des actions afin de mettre en contact les mairesses et des représentants des autorités gouvernementales haïtiennes, de la communauté internationale et autres afin qu’elles puissent faire raisonner leur plaidoyer, présenter leurs propositions de développement communal. Par le biais de ce projet, il est attendu que les mairesses seront davantage en mesure :

  • D’impliquer leur communauté dans l’élaboration de propositions de projets ;
  • D’accroître le soutien des citoyens pour les projets priorisés localement et le plaidoyer pour leur réalisation ;
  • De concevoir et mener une campagne de sensibilisation vis-à-vis de l’exécutif, des parlementaires, des ministères, des journalistes, des bailleurs de fonds potentiels, etc. afin de plaider pour l'accès aux fonds de développement communaux et de sonder des options alternatives de financement ;
  • D’aider à combattre les barrières qui entravent l’ascension et l’implication des femmes dans les processus politiques et électoraux pour servir de modèles en tant que maires impliquées, dynamiques et compétentes.

Nos mairesses